Email :

Deuil et littérature – Modernités 21



Appartenant à la collection :
Modernités

En stock

Prix Qté
Broché
Format :
25,00 €
Acheter

Deuil et littérature – Modernités 21

Double-cliquez sur l'image ci-dessus pour la voir en entier

Zoom arrière
Zoom avant

Plus de vues

  • ISBN : 978-2-86781-349-8
  • Nombre de pages : 445
  • Format : 16 x 24
  • Sortie Nationale : 2005
La tâche du deuil ? « Maintenir vivant comme objet perdu » celui ou celle que nous avons perdu. C'est-à-dire : ne pas fantasmer son improbable survie, sans céder non plus à l'effacement de l'oubli, cette deuxième mort symbolique, presque plus terrible que la première réelle. Est-ce cela que la littérature nous permet, ou plus modestement nous promet ? Une reconnaissance et une conversion de la perte, qui composerait avec la dimension mélancolique en y échappant ? L'objet de ce livre est plutôt de laisser résonner cette question, d'en suivre le trajet sur deux siècles et dans certaines œuvres majeures de la modernité. De nouer des fils, d'ouvrir des pistes, de mettre en écho du début du XIXe siècle jusqu'à des textes tout à fait contemporains cette problématique union, cette tension constitutive entre deuil et écriture. Pour être fidèles à ce qui pourrait être la définition même de la littérature : l'incessant dialogue entre les vivants et les morts.
Traduire la Caraïbe autour d'Olive Senior
Traduire la Caraïbe, c’est traduire une culture, la pensée de l’...
Mariamne
Édition critique de A. Howe[...]...
Eidôlon 96 : Violence et sacré
La Violence et le Sacré sont les manifestations de deux composantes c...
Lettre à Mme la Comtesse d…
Édition critique de D.J. Adams[...]...
Écritures de l'énergie - Modernités 42

La notion d’énergie est p...

Les enseignements de la fiction – Modernités 23
Interroger à nouveau la fiction ? Ce volume en a en effet la prétent...
Mauvais genre. La satire littéraire moderne - Modernités 27
Mauvais genre que celui de la satire, qui se complaît à dégrader le...
D'Hérodiade à Mirabelle – Modernités 1
Avec un inédit d'André Breton.[...]...