Email :

Satyres nouvelles



Appartenant à la collection :
Exeter textes littéraires

En stock

Prix Qté
Broché
Format :
23,00 €
Acheter

Satyres nouvelles

Double-cliquez sur l'image ci-dessus pour la voir en entier

Zoom arrière
Zoom avant

Plus de vues

  • ISBN : 0309-69980-85989-691-9
  • Nombre de pages : 102
  • Format : 14,5 x 21, n° 113
  • Sortie Nationale : 2001
Édition critique par Anne-Marie Clin-Lalande.
Édité en 1706 à Amsterdam, le recueil des Satyres Nouvelles présente un bel ensemble de poèmes. L'auteur, le meilleur écrivain bordelais de l'époque de Louis XIV, atteint dans ce dernier ouvrage la pleine maturité de son style et de sa pensée. Dans le sillage de Boileau, il jette un regard désabusé sur les défauts de l'homme universel et dénonce sans complaisance les abus de la société du temps. Partout règne l'hypocrisie, l'amour de l'argent, l'orgueil, la vanité. L'amour de l'argent entraîne une vénalité générale, qui n'épargne même pas le clergé : l'abandon des valeurs du foyer, dû à la légèreté des épouses et à la faiblesse des maris, cause une augmentation des divorces. D'une grande élévation morale, la satire cantenacienne se développe dans une visée parénétique chrétienne. Abandonnant la rhétorique galante de ses œuvres antérieures, l'auteur donne à sa pensée un tour énergique et sobre et une vivacité convaincante.
Quête du blé (La)
Édition critique de R. Cazals
Le jeune moine capucin Venance Do...
Littérature et jubilation - Modernités 39
Les mots « jubilation », « jubilatoire », « jubilant », revienne...
Eidôlon 68 : Paysages urbains de 1830 à nos jours
La question du paysage semble soulever de nos jours un vif intérêt, ...
Récits et mythes de fondation dans l'imaginaire culturel occidental
Cet ouvrage est une illustration des rapports établis entre l’histo...
Circé
Édition critique de J.L. Clarke[...]...
Histoire d'Éléonore de Parme
Édition critique de R. Bolster
En 1810 Stendhal lit l'Histoire ...
Médée (La)
Édition critique de J. Coleman[...]...
Tablettes de la vie et de la mort
Édition critique de C.N. Smith[...]...