Email :

Apories, paradoxes et autocontradictions. La littérature et l'impossible - Modernités 35



Appartenant à la collection :
Modernités

En stock

Prix Qté
Broché
Format :
27,00 €
Acheter
PDF
Format :
19,00 €

Apories, paradoxes et autocontradictions. La littérature et l'impossible - Modernités 35

Double-cliquez sur l'image ci-dessus pour la voir en entier

Zoom arrière
Zoom avant

Plus de vues

  • ISBN : 978-2-86781-898-1
  • Nombre de pages : 352
  • Format : 15 x 21
  • Sortie Nationale : 2014/01
La littérature moderne montre souvent une propension de l’écriture à se confronter à sa propre impossibilité, voire à s’en nourrir, paradoxalement. Ce paradoxe est difficilement théorisable ou conceptualisable, il échappe essentiellement à la saisie conceptuelle et à la logique classique, mais il est cependant l’objet d’une expérience littéraire récurrente, historiquement repérable, objectivement observable dans les textes, et donc descriptible, ou appréhendable comme une sorte d’algorithme de certaines tendances de l’écriture littéraire (non tant dans son contenu que dans son mode de fonctionnement) : comment continuer à écrire jusque dans l’aporie, comment frayer dans l’impasse (aporia) les chemins de l’écriture ?
Cette prédilection de l’écriture pour une situation autocontradictoire a été relevée par Roland Barthes disant que « la modernité commence avec la recherche d’une Littérature impossible ». C’est sur ce paradoxe que portera ici notre réflexion, pour essayer d’en dégager les origines, pour tenter d’en explorer les modalités et les modulations. La littérature en effet tend non seulement à se réfléchir elle-même, mais aussi à réfléchir sa propre impossibilité, à faire oeuvre de son impossibilité (à faire oeuvre de son propre « désoeuvrement », pour reprendre le terme de Blanchot), jusqu’à assumer voire revendiquer sa propre impossibilité comme étant son essence même.
Les textes de ce volume s’arrêteront plus particulièrement sur les oeuvres de Rousseau, Melville, Thoreau, Flaubert, Baudelaire, Mallarmé, Gide, Kafka, Beckett, Bataille, Blanchot, Claude Louis-Combet, Gracq, Jabès, Celan, Gherasim Luca, Jean Tortel, Christian Hubin, Pascal Quignard, Michel Deguy…
Enchantements. Mélanges offerts à Yves Vadé – Modernités 16
Que n'a-t-on écrit sur le désenchantement des générations littéra...
Autour d’Édouard Glissant - Lectures, épreuves, extensions d’une poétique de la Relation
Carthage. Est-il lieu de résistance historique plus propice pour hono...
Fables d'Esope ou Esope à la ville (Les)
Édition critique de T. Allott[...]...
Portefeuille (Le)
Édition critique de J.P. Homand et M.T. Hipp[...]...
Le retour à l'archaïque – Modernités 7
En prenant conscience d'elle-même, la modernité conçue en tant qu'...
Champ littéraire fin de siècle autour de Zola – Modernités 20
Zola, et la fin du siècle, cette perspective peut étonner, tant nos ...
L'irressemblance. Poésie et autobiographie – Modernités 24
« La poésie personnelle a fait son temps de jongleries relatives et ...
En quel nom parler ? - Modernités 31
Ébranlée par les Lumières et défaite par la Révolution Française...