Email :

Eidôlon 113 - Littérature du moi, autofiction et hétérographie dans la littérature française et en français du XXe et du XXIe siècles



Appartenant à la collection :
Eidôlon

En stock

Prix Qté
Broché
Format :
20,00 €
Acheter

Eidôlon 113 - Littérature du moi, autofiction et hétérographie dans la littérature française et en français du XXe et du XXIe siècles

Double-cliquez sur l'image ci-dessus pour la voir en entier

Zoom arrière
Zoom avant

Plus de vues

  • ISBN : 979-10-91052-13-9
  • Nombre de pages : 196
  • Format : 16 x 24
  • Sortie Nationale : 2015/04

L’ensemble des contributions réunies dans cet ouvrage part de l’hypothèse selon laquelle, au XXe et au XXIe siècles, la littérature française présente quatre moments décisifs dans une évolution articulant une critique de l’écriture comme miroir de la réalité et du réel à un questionnement du langage et à un dépassement tendanciel des genres et de leur cloisonnement, avec pour perspective l’émergence de livres qui subsument l’opposition du vécu et de la fiction, de la prose et de la poésie, et redéfinissent « en actes » les catégories de récit, de roman et d’autofiction. Ces scansions correspondent au surréalisme, au Nouveau Roman, à Tel Quel et, dans la dernière période, à l’essor de la littérature à caractère autobiographique au sein de laquelle émerge en particulier une « hétérographie » ou un « roman du Je », selon la terminologie suggérée par Philippe Forest. Récuser le réalisme du XIXe siècle n’a pas en effet pour corollaire de se détourner du réel et de la réalité dont on peut essayer de s’approcher en mariant l’appris avec le vécu, les potentialités de notre appareil psychique avec les ressources de la virtualité. Si le langage a été « donné » aux humains pour qu’ils en fassent un usage surréaliste (André Breton), les mots et les phrases font alors l’amour, et « s’enfilent » les uns les autres et les uns aux autres. Néanmoins le spectacle auxquels ils nous convient est d’autant plus renversant s’il demeure étranger à celui que l’on goûte derrière une glace sans tain, nous invitant au contraire à nous départir du cliché et de « l’universel reportage » (Stéphane Mallarmé). Revivifier la langue et une narration exténuées par le positivisme et le naturalisme d’une communication « marchandisée » suppose de mettre en relation les phénomènes par le truchement de l’association et de mobiliser ce que l’on sait du monde, en envisageant ses représentations sous le prisme de la physique et de la technologie, lesquelles remodèlent notre champ sensible et les modalités de notre intellection. Écrire impose donc de (nous) rendre visibles les tangentes (ou les sutures) réunissant les pièces constitutives du réel et de la réalité.

Hollande malade (La)
Édition critique de L. Navailles[...]...
Reflet pluriel
Témoignage d'une exposition de 20 dessins de G. Sendrey à la Zacks G...
Eidôlon 119 - L'imaginaire du sacré
« On ne connaît pas de société organisée qui n’ait sa zone de s...
Eidôlon 116 - Écritures de l’événement : les Mazarinades bordelaises
La diversité des mazarinades qui ont scandé la Fronde est à l’ima...
Eidôlon 102 - La Mélancolie
La création littéraire est a priori peu compatible avec l’état de...
Eidôlon 85 : Écritures de l’exil
L'exil, épreuve de la séparation, existe dans l'humanité depuis la ...
Eidôlon 82 : La chanson politique en Europe
La chanson politique a existé dès le Moyen-Âge. On a souvent étudi...