Email :

Le système plage-dune de Merlimont-Berck et son évolution depuis la Seconde Guerre mondiale - Article 5


BATTIAU-QUENEY (Yvonne)

Appartenant à la collection :
Articles à l'unité

En stock

Prix
PDF
Format :
2,00 €
2,00 €

Le système plage-dune de Merlimont-Berck et son évolution depuis la Seconde Guerre mondiale - Article 5

Double-cliquez sur l'image ci-dessus pour la voir en entier

Zoom arrière
Zoom avant

Plus de vues

  • ISBN : 978-2-86781-819-6
  • Nombre de pages : 14
  • Format : 21 x 29,7
  • Sortie Nationale : 2015/05

Les dunes de Merlimont-Berck, d’un seul tenant sur plus 1000 ha, sont l’illustration la plus achevée des dunes « picardes ». La 1re partie de l’article décrit leur origine et leur évolution jusqu’à la deuxième guerre mondiale, grâce aux cartes anciennes et aux archives photographiques. Les dunes externes étaient très mobiles et peu végétalisées et l’avant-dune absente ou discontinue. La 2e partie de l’article reconstitue la mobilité du trait de côte et la naissance et l’évolution de l’avant-dune après la 2e guerre mondiale, à partir de la « bunker-archéologie » des ouvrages du Mur de l’Atlantique et de l’analyse des photos aériennes de l’IGN. En 1947, les dunes externes avaient peu changé depuis 1935 : grandes dunes mouvantes s’allongeant vers l’ENE et directement alimentées depuis la plage. L’avant-dune n’est nette qu’à partir des années 1960. Les photos aériennes soulignent l’ampleur des interventions humaines sur tout le domaine dunaire au sud de Merlimont (quadrillage de brise-vent et plantation d’oyat). Le trait de côte a reculé assez nettement à partir des années 1970 jusqu’aux années 1990 avant de ré-avancer. La morphologie des dunes externes (avant-dune bien formée et système couloirs/ pourrières), si caractéristique du paysage actuel, ne date que du début des années 1980. Le suivi topographique complété par celui des bunkers allemands de 1993 à nos jours montre la mobilité extrême du trait de côte sur le court terme. L’alternance de recul et d’avancée fait apparaître une remarquable résilience de ce système côtier macrotidal, grâce au rôle de stockage de l’avant-dune, à une dynamique éolienne très active et à l’abondance de sable dans les petits-fonds. A contrario, toute absence ou destruction de l’avant-dune est une menace pour le budget sédimentaire de la plage, comme c’est le cas le long de la digue de Merlimont.