Email :

Architecture et Paysage

Cette collection vise à rassembler des matériaux utiles à une pensée de l’évolution des pratiques du projet architectural, urbain et paysager dans un contexte de changement global et de mutations des spatialités. Globalisations économique et culturelle, changements environnementaux, développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication engendrent aujourd’hui une spectaculaire transformation des modes d’inscription et de « mise en visibilité » du social dans le spatial. Comment caractériser ces spatialités nouvelles qui font bouger sans cesse les notions mêmes d’objet architectural, urbain ou paysager ? Comment l’irruption du système monde et du système terre transforme-t-elle les constructions symboliques, politiques, identitaires, par lesquelles les sociétés donnent forme au monde dans lequel elles vivent, impactant de manière généralisée toute sorte de milieux et questionnant les concepts du local et du patrimoine ?

Comment, par ailleurs, les pratiques du projet architectural, urbain et paysager sont-elles, elles-mêmes, travaillées par ces mutations ? Les changements globaux appellent à repenser et à reconfigurer les processus de projet, pour leur permettre d’intégrer la dimension environnementale. Ils engendrent aussi l’exigence de plus en plus forte de participation démocratique, la « mobilisation » générale de la société, mais aussi la crise ou la disparition des médiations héritées, symboliques et matérielles, qui ont longtemps ordonnées l’incarnation du social dans le spatial. Tout appelle ainsi à concevoir des dispositifs de projet innovants, transcendant les découpages institutionnalisés des compétences, des disciplines, des professions ; capables d’intégrer pleinement la complexité des réalités socio-culturelles-écologiques avec lesquelles l’action doit composer, y compris en assumant et en gérant l’incertitude quant à ses effets. Il faut pour cela inventer de nouveaux dispositifs d’analyse, de décision, d’action, de formation ; inscrire différemment le projet dans la durée ; impliquer dans l’acte de projeter de nouveaux savoirs, de nouveaux champs d’expertises, de nouveaux dispositifs d’acteurs, des formes repensées de médiations et de représentations. Cela suppose penser aux lisières : entre les champs de savoir et de pratiques, mais aussi entre la recherche fondamentale, l’expérience et l’expérimentation de l’action.

Aucun article ne correspond à cette sélection.