Email :

Espagne dans la trilogie «picaresque» de Lesage (L’)



Appartenant à la collection :
Hors collection

En stock

Prix Qté
Broché
Format :
49,00 €
Acheter

Espagne dans la trilogie «picaresque» de Lesage (L’)

Double-cliquez sur l'image ci-dessus pour la voir en entier

Zoom arrière
Zoom avant

Plus de vues

  • ISBN : 978-2-86781-334-4
  • Nombre de pages : 1122
  • Format : 16 x 24
  • Sortie Nationale : 2004
2e édition tome I + tome II
Gil Blas de Santillane, le plus célèbre des trois romans « picaresques » de Lesage, a donné lieu au XIXe siècle à une controverse acharnée, bien connue sous le nom de « querelle de Gil Blas », par laquelle l’Espagne disputa à la France la propriété de l’ouvrage. Celui-ci représente en effet l’un des cas d’imitation les plus caractérisés, mais aussi les plus étranges, qu’ait produits la littérature européenne. Pourquoi cette résurgence de l’inspiration picaresque en France, plus d’un siècle après l’apparition des chefs-d’œuvre du genre outre-Pyrénées? Pourquoi, alors que l’auteur proclame une intention de réalisme (« peindre la vie des hommes telle qu’elle est »), a-t-il choisi pour cadre un pays dont il n’avait qu’une connaissance indirecte ?
C’est cette double singularité que le présent livre se propose d’éclairer, par une démarche consistant à reconstituer, dans un premier temps, la bibliothèque espagnole de la trilogie formée par Gil Blas, Estévanille Gonzalez et Le Bachelier de Salamanque, c’est-à-dire la somme des emprunts de Lesage à la littérature du Siècle d’or ; dans un second temps, la bibliothèque hispanique de l’auteur : les sources d’information (cartes et relations de voyage, grammaires et dictionnaires, ouvrages d’histoire) qui lui ont permis de construire un décor en trompe-l’œil assez réussi pour que bien des lecteurs espagnols, aujourd’hui encore, s’y laissent prendre ; dans un troisième temps, le processus de mutation par lequel le pícaro, fou de l’honneur prêt à toutes les transgressions pour s’agréger frauduleusement à l’aristocratie, devient chez Lesage un valet modèle n’aspirant qu’à être reconnu et récompensé par ses maîtres nobles.
L’ambition du valet lesagien n’est plus de « devenir gentilhomme » (selon le mot du Buscón de Quevedo), mais de parvenir par la faveur : problématique sensiblement différente de celle des récits espagnols et qui lui reste pourtant apparentée en profondeur, dans la mesure où l’on a toujours affaire à un roturier, à l’autre du noble, en quête d’identité et de légitimité au sein d’une société où l’inégalité est institutionnelle.
Les enseignements de la fiction – Modernités 23
Interroger à nouveau la fiction ? Ce volume en a en effet la prétent...
Eidôlon 101: Pouvoir et ses écritures (Le)
Dans la réflexion sur les relations entre l’art et la réalité, la...
Quand l'Europe retraduit The Great Gatsby
La publication de multiples retraductions de The Great Gatsby ces troi...
Fins de siècle
Les communications tendent à ramener la notion arbitraire de siècle ...
Présence de François Mauriac, 2e éd.
Actes du colloque de Bordeaux (octobre 1985) organisé pour le centena...
R. Crumb
Robert Crumb devint à la fin des années 60 le pape de la bande dessi...
Of Mothers and Death : from Procreation to Creation
The experience of mothering and motherhood does not fit the idealistic...