Email :

L'épanchement du conte dans la littérature - Modernités 43



Appartenant à la collection :
Modernités

En stock

Prix Qté
Broché
Format :
25,00 €
Acheter
PDF
Format :
17,50 €

L'épanchement du conte dans la littérature - Modernités 43

Double-cliquez sur l'image ci-dessus pour la voir en entier

Zoom arrière
Zoom avant

Plus de vues

  • ISBN : 979-10-300-0293-5
  • Nombre de pages : 282
  • Format : 16 x 24
  • Sortie Nationale : 2018/10

Pour étudier le phénomène que nous nommons épanchement du conte dans la littérature, nous aurons à questionner le dialogue permanent que la littérature et l’expérience littéraire entretiennent avec le domaine des contes, sur le mode de l’innutrition ou de la réappropriation. Territoire passionnant au regard de la poétique des genres, le conte se prête à tous les jeux de l’hybridation en se mêlant aux autres formes littéraires qu’il transpose, dilue ou incorpore.
Outre les réécritures proprement dites, les amalgames de contes, les migrations de personnages, il faut envisager une présence des contes moins flagrante, au détour des phrases, des formules, des clins d’oeil qui font écho à l’encyclopédie du lecteur, en somme, les phénomènes intertextuels dans leur diversité. Les contes peuvent être vus comme un vaste réservoir de formes, de formules et d’images qui servent de passe-partout pour franchir les frontières entre les genres littéraires, et de signes de reconnaissance pour instaurer une connivence avec le lecteur.
L’épanchement du conte dans la littérature engendre d’infinies combinaisons narratives et textuelles, et ces opérations de métissage concernent les thématiques, les structures, l’écriture, jusqu’à la langue qui, au-delà de la fiction, se trouve elle-même nourrie par les allusions, mentions et références qui l’émaillent d’éclats merveilleux. Certes on pourrait ne voir dans ces incidences que clichés, formules figées à la manière des métaphores lexicalisées, stéréotypes langagiers et culturels, mais les exemples sont si nombreux et témoignent d’une telle mainmise des contes sur la littérature qu’ils méritent toute notre attention.
La réflexion se répartit en quatre volets dans lesquels ne sont pas distinguées littérature tout court et littérature de jeunesse. Sont abordés successivement l’emprise singulière des contes sur certains univers d’auteurs, les réécritures des contes de Perrault, le franchissement des frontières génériques, la manière dont les contes sont enseignés.

Intertexte à l'œuvre dans les littératures francophones (L'), 2e édition
La réédition de cet ouvrage, initialement paru en 2002, répond à u...
Poète cosmographe (Le) ; vers un nouvel espace culturel. Entretiens 1976-1986
Michèle Duclos a rassemblé et préfacé, dans ce volume, des entreti...
Effets de lecture. Pour une énergétique de la réception - Modernités 44
L’action de la lecture implique une énergie comprise étymologiquem...
Voltairomanie (La)
Édition critique de M.H. Waddicor[...]...
Mauvais genre. La satire littéraire moderne - Modernités 27
Mauvais genre que celui de la satire, qui se complaît à dégrader le...
Dire le secret – Modernités 14
Textes réunis et présentés par D. Rabaté.
Le secret est le ...
Émotion, puissance de la littérature (L') ? - Modernités 34
Riche de l’émergence d’un savoir nouveau et interdisciplinaire de...
Les enseignements de la fiction – Modernités 23
Interroger à nouveau la fiction ? Ce volume en a en effet la prétent...