Email :

Violences du rococo



Appartenant à la collection :
Mirabilia

En stock

Prix Qté
Broché
Format :
28,00 €
Acheter

Violences du rococo

Double-cliquez sur l'image ci-dessus pour la voir en entier

Zoom arrière
Zoom avant

Plus de vues

  • ISBN : 978-2-86781-750-2
  • Nombre de pages : 242
  • Format : 16 x 24
  • Sortie Nationale : 2012
 : paradoxe ? Les associations auxquelles prête le terme de rococo (inventé au XIXsiècle et alors généralement péjoratif) — miroirs, bosquets, boudoirs, foutoirs, triomphe de la courbe, de l’ornement aux dépens du sujet, plaisir de la surprise, jouissance des sens aux dépens du sens, attention au petit, libertinage, mondanité, érotisme, maniérisme, déséquilibre, affectation, manière, insignifiance, divertissement, dispersion, désordre, délicatesse, mollesse, féminisation, absence d’énergie… — tendraient plutôt à écarter l’idée de violence, que ne saurait pourtant éviter toute réflexion sur la nature du fait social. En taxant leurs prédécesseurs de frivolité et d’immoralité, les philosophes des Lumières ont tenté de réduire leurs œuvres à un pur art d’agrément.
À cette vision réductrice, les spécialistes de littérature, de peinture, de théorie esthétique, réunis dans ce volume ont voulu échapper et montrer comment, au cours de la période 1690-1750 (que nous retiendrons pour « rococo », sans entrer dans la définition d’une esthétique), écrivains et artistes ont bel et bien pris en charge la représentation de la violence et les enjeux de sa pratique, y compris dans le geste créateur lui-même. Ils l’ont fait sur des modes qui leur sont spécifiques, au sein de démarches que l’on peut qualifier d’anticlassiques, qui ne se sont que fort peu théorisées.
Bref, à travers Chardin, Voltaire, Lubert, Oudry, La Joue, Rozelli, Fontenelle et quelques autres, nous avons essayé de pénétrer ce que disent et occultent, ce que « laissent penser » (expression de Caylus) les « masques fragiles » de Jean Weisgerber.

Eidôlon 121 - L'inconvenance

Le terme même d’inconvenan...

Jalousie du barbouillé et Georges Dandin (La)
Édition critique par N.A. Peacock[...]...
Les traducteurs de bande dessinée
Au milieu des années 2000, la consolidation des études sur la bande ...
Perles ou les larmes de la Saincte Magdeleine (1606)
Édition critique de R.T. Corum[...]...
Automate (L'). Modèle Métaphore Machine Merveille
Bien qu’ils aient disparu dès le XIXe siècle, «les automates de V...
Pour décrire un Salon : Diderot et la peinture (1759-1766)
Des premiers Salons (1759, 1761 et 1763) aux Essais sur la peinture de...
Du goût à l'esthétique : Montesquieu
Goût, esthétique, entre deux mots ne faut-il pas choisir le moindre ...
Beauté du merveilleux (La)
L’ouvrage rassemble dix-huit études de spécialistes de l’Antiqu...