Email :

Sens de la langue. Sens du langage - Poésie, grammaire, traduction - Modernités 32



Appartenant à la collection :
Modernités

En stock

Prix Qté
Broché
Format :
22,00 €
Acheter
PDF
Format :
15,00 €

Sens de la langue. Sens du langage - Poésie, grammaire, traduction - Modernités 32

Double-cliquez sur l'image ci-dessus pour la voir en entier

Zoom arrière
Zoom avant

Plus de vues

  • ISBN : 978-2-86781-733-5
  • Nombre de pages : 198
  • Format : 15 x 22
  • Sortie Nationale : 2011
Ballotté entre ce qu'Édouard Glissant appelait « la masse tranquille de la langue », dans laquelle le discours scolaire s'est, semble-t-il, installé, et ce «tourment de langage» que l'on éprouve sans cesse à l'école de la poésie, l'enseignement de la langue française ne sait plus aujourd'hui à quel saint se vouer. Faut-il, comme le prescrivent les instructions dites officielles, le concevoir en serviteur de la « grammaire » — grammaire atemporelle fixée une fois pour toutes, ou bien faut-il au contraire, comme le préconisent d'autres experts, « enseigner les littératures dans le souci de la langue » ? — Louable intention, certes, mais qui, une fois de plus, ne dit rien du souci de la littérature.
À ce dilemme s'ajoute la quasi-occultation, dans les programmes comme dans la formation des enseignants, de littératures écrites dans d'autres langues, ou en langue française mais dans diverses parties du monde. La littérature dite « francophone » est pourtant, depuis plus de cinquante ans, la caisse de résonance de « la querelle des babils », ou des « puissances des langues » (Louis Aragon, à propos du Fou d'Elsa).
Ce livre collectif, issu d'un colloque qui s'est tenu à l'IUFM d'Aquitaine et à l'université Bordeaux 3 au mois de novembre 2010, se propose d'aborder ces questions, selon trois perspectives que le lecteur pourra croiser à son gré : après un parcours historique de notre imaginaire linguistique national, on se tournera d'abord du côté des écrivains, chez qui les grammaires ne sont pas des idées mais des expériences vitales d'où l'on revient « autre ». On se tournera ensuite du côté de la classe, pour y chercher des raisons d'espérer des jours plus favorables à l'initiation d'une poétique du langage au jour le jour. On ira ensuite voir du côté des traducteurs, sans lesquels nous resterions sourds à l'infini travail d'écoute auquel nous invite le passage des rythmes et des silences entre les mots de la grammaire.
Sans prétendre couvrir l'étendue du terrain ni en aplanir les aspérités, le présent ouvrage souhaite ouvrir une brèche que d'autres pourront élargir.
Les enseignements de la fiction – Modernités 23
Interroger à nouveau la fiction ? Ce volume en a en effet la prétent...
Eidôlon 109 - Débat des cinq sens de l'Antiquité à nos jours (Le)
Dans le champ étendu des recherches actuelles sur le corps, la questi...
Observer le théâtre. Pour une nouvelle épistémologie des spectacles
Mobilisant les regards croisés de nombreux·se·s expert·e·s cet ou...
Eidôlon 77 : Apocalypse selon Michel Tremblay (L')
Cet ouvrage cherche à montrer comment Michel Tremblay, auteur-phare d...
Nihilisme - Modernités 33
Dans le prolongement des réflexions sur le mal ou sur la question des...
L'irressemblance. Poésie et autobiographie – Modernités 24
« La poésie personnelle a fait son temps de jongleries relatives et ...
Puissances du mal - Modernités 29
« Puissances du Mal » : l’expression désigne l’empire nouveau q...
Écrire l'esclavage dans la littérature pour la jeunesse - Modernités 45
Depuis la promulgation de la loi Taubira en 2001, qui institue l’esc...