Email :

Transgressive dune development following deliberate de-vegetation for dune restoration in the Netherlands and New Zealand - Article 10


KONLECHNER (T.M.), HILTON (M.J.), ARENS (S.M.)

Appartenant à la collection :
Articles à l'unité

En stock

Prix
PDF
Format :
2,00 €
2,00 €

Transgressive dune development following deliberate de-vegetation for dune restoration in the Netherlands and New Zealand - Article 10

Double-cliquez sur l'image ci-dessus pour la voir en entier

Zoom arrière
Zoom avant

Plus de vues

  • ISBN : 978-2-86781-819-6
  • Nombre de pages : 13
  • Format : 21 x 29,7
  • Sortie Nationale : 2015/04
Historiquement, la gestion des dunes en Nouvelle-Zélande et aux Pays-Bas avait pour but la lutte contre l’érosion, soit pour des usages forestiers et agricoles, soit pour la protection contre les inondations. Au cours des quelques décennies passées récentes, une attention particulière a été portée sur les dunes mobiles et leur biodiversité. De nombreuses espèces peuvent survivre dans les sols dunaires, mais certaines sont inféodées à la mobilité du système. Ces psammophytes spécialisés sont menacées par le choix de stabiliser les dunes. C’est pourquoi, tant en Nouvelle-Zélande qu’aux Pays-Bas, des gestionnaires de dunes ont expérimenté différents systèmes de remobilisation en vue de restaurer la dynamique éolienne et la biodiversité des dunes. Aux Pays-Bas, c’est le plus souvent l’enlèvement de la couverture végétale au bulldozer qui est mise en oeuvre. En Nouvelle-Zélande, la couverture végétale est plutôt détruite par des herbicides. Dans cet article, nous
décrivons les effets géomorphologiques et écologiques de l’une de ces expérimentations à Doughboy Bay en Nouvelle-Zélande et nous la comparons avec une opération de restauration menée aux Pays-Bas. L’opération de Doughboy Bay, commencée en 1999, permet un regard exceptionnel sur l’effet de la dévégétalisation sur la dynamique dunaire durant une période de 14 ans.