Email :

Voyage d'Italie de Pierre-Louis Moreau (Le). Journal intime d'un architecte des Lumières (1754-1757)



Appartenant à la collection :
Mémoires vives

En stock

Prix Qté
Broché
Format :
25,00 €
Acheter

Voyage d'Italie de Pierre-Louis Moreau (Le).  Journal intime d'un architecte des Lumières (1754-1757)

Double-cliquez sur l'image ci-dessus pour la voir en entier

Zoom arrière
Zoom avant

Plus de vues

  • ISBN : 978-2-86781-332-0
  • Nombre de pages : 192
  • Format : 16 x 24
  • Sortie Nationale : 2004
Le « Voyage d'Italie », ou « Grand Tour » selon l'expression anglaise, a été longtemps un épisode incontournable de la formation des artistes européens. L'une des
sources privilégiées de la connaissance de ce domaine de l'histoire artistique est le témoignage direct, qui place le lecteur au cœur de l’action.
Le journal de Pierre-Louis Moreau, resté jusqu'à ce jour inédit, appartient à cette catégorie : rédigé dans une langue à la fois spontanée et rigoureuse que soutient une réelle aisance de composition, il permet de suivre pas à pas les pérégrinations d'un jeune voyageur infatigable, curieux de tout, aussi désireux de parfaire un savoir établi qu'amateur de découvertes insolites : un homme des Lumières au meilleur sens du terme. Écrit sans intention de publication, son récit garde toute la saveur des notes que l'on prend pour soi, pour conserver le plus fidèlement possible les sensations, bonnes ou mauvaises, inattendues ou banales, qui sont l'apanage d'un voyage réussi – celui après lequel on ne sera plus tout à fait le même.
Mais le journal de Moreau dépasse aussi le cadre de l'intime : peu de récits de voyageurs en Italie pendant le XVIIIe siècle ont été écrits par des architectes et il constitue de ce fait une mémoire particulièrement précieuse. Bénéficiaire, grâce à la générosité de son ami Charles De Wailly (architecte du théâtre de l'Odéon à Paris) du « Grand Prix » de l'Académie royale d'Architecture, Moreau, qui occupera plus tard la charge prestigieuse de « maître des bâtiments de la ville de Paris », rend compte à travers son récit du climat particulier de la décennie 1750-1760, qui prépare le renouveau classique de la période à venir. Son journal rapproche ainsi le lecteur de l'esprit d'émulation, caractéristique de la sensibilité créatrice du moment, qui consiste à confronter aux « beautés de la nature » les œuvres d'art antique – Moreau est un des premiers visiteurs de Paestum et d'Herculanum.
L'argent de la justice. Le budget de la justice en France de la Restauration au seuil du XXIe siècle.
Les problèmes de la justice ont fait irruption à plusieurs reprises,...
Élections législatives de novembre 1958 : une rupture ? (Les)
La naissance tumultueuse de la Ve République a fait l’objet de nomb...
Mémoires de Terreur : l'an II à Bordeaux
La Terreur a souvent attiré les historiens, soit que, fascinés par l...
Un officier et la conquête coloniale. Emmanuel Ruault (1878-1896)
De la Nouvelle-Calédonie et de la Polynésie à l’Afrique occidenta...
Chronique du Bordelais au crépuscule du Grand Siècle : le Mémorial de Savignac
Certains êtres vivent de leur curiosité au point d’en devenir une ...