Email :

Eidôlon 74 : Mythologies du jardin de l'antiquité à la fin du XIXe siècle (Les)


(COLLECTIF)

Appartenant à la collection :
COLLECTIF

En stock

Prix Qté
Broché
Format :
22,00 €
Acheter

Eidôlon 74 : Mythologies du jardin de l'antiquité à la fin du XIXe siècle (Les)

Double-cliquez sur l'image ci-dessus pour la voir en entier

Zoom arrière
Zoom avant

Plus de vues

  • ISBN : 024253002-903440-74-3
  • Nombre de pages : 297
  • Format : 16 x 24
  • Sortie Nationale : 2006
Ce ne sont pas les jardins réels, mais leurs représentations que ce volume étudie de l’antiquité à la fin du XIXe. Le jardin représente un « topos » dont on peut suivre la constitution et l’évolution depuis l’antiquité. Deux grands mythes sont à l’origine de la fondation de l’imaginaire des jardins en Europe : l’Éden et les Hespérides. Du point de vue de la topologie, le jardin est un espace à part, isolé, retranché. Cet écart commande une clôture. À mi-chemin des deux « dangers » de la nature et de la société, le jardin est un espace différent. Il n’est pas un intermédiaire, il n’est pas la réduction à l’échelle humaine de la Nature. C’est par une séparation d’avec elle qu’il se constitue. Il n’est pas la petite forme du paysage, il a son réseau symbolique propre.
Point d’intersection de données souvent antinomiques, à mi-chemin entre nature et culture, vie et mort, tantôt œuvre de Dieu, tantôt celle du démon, le jardin est aussi un espace instable, fluctuant, toujours susceptible de changer de sens et d’apparence. Le jardin peut enfin devenir à certaines époques une métaphore de l’être.
L’objectif de ces journées a été de mettre en lumière un imaginaire du jardin, nourri de mythes, de fables ou d’archétypes. Ce colloque a permis de dégager à travers le temps continuités, ruptures, modulations, et pour finir retournement, en essayant de comprendre à quoi ils correspondent. La fin de siècle se livre par exemple à un retournement qui peut être perçu comme l’étape ultime de l’évolution d’un « topos », en proposant, à côté du modèle édénique, un Contre-Éden qui inverse les représentations traditionnelles.
Déclins de l'allégorie ? – Modernités 22
Qu’en est-il de l’allégorie depuis l’époque de Courbet et de B...
Eidôlon 106 - Métamorphoses du mythe d'Ounamir
Le mythe d’Ounamir est un récit amazigh maghrébin, de tradition or...
Les traducteurs de bande dessinée
Au milieu des années 2000, la consolidation des études sur la bande ...
Klee pour la poésie. Parcimonieusement garni de feuilles
P. Klee aurait-il admis que l'on dépose des vers le long de ses trava...
Eidôlon 76 : L'espace du coeur dans l'oeuvre de Joseph Rouffanche
L’intitulé de ce troisième colloque universitaire recouvre la prem...
La mondialisation jusqu'aux marges du monde. La pluie ou le beau temps ? n°238
En posant la question : « la pluie ou le beau temps ? », nous n’av...
Poétiques de la durée - Modernités 30
Prêter attention à la durée dans la littérature peut apparaître i...