Email :

Écrire l'esclavage dans la littérature pour la jeunesse - Modernités 45



Appartenant à la collection :
Modernités

En stock

Prix Qté
Broché
Format :
24,00 €
Acheter

Écrire l'esclavage dans la littérature pour la jeunesse - Modernités 45

Double-cliquez sur l'image ci-dessus pour la voir en entier

Zoom arrière
Zoom avant

Plus de vues

  • ISBN : 979-10-300-0611-7
  • Nombre de pages : 230
  • Format : 14,5 x 22
  • Sortie Nationale : 2021/01

Depuis la promulgation de la loi Taubira en 2001, qui institue l’esclavage comme crime contre l’humanité et prescrit son enseignement dans les classes, les fictions historiques pour la jeunesse abordant cette période se sont multipliées. Plusieurs d’entre elles ont pris place sur les listes de référence du Ministère de l’éducation nationale et peuvent servir de support à l’enseignement de cette page d’histoire à travers trois disciplines : l’histoire, la littérature et l’éducation civique. À partir d’un corpus d’ouvrages publiés en France, dont certains en traduction, il s’agit d’interroger le genre de la fiction historique, ses atouts et ses limites dans un domaine régi par une tension permanente entre le docere et le placere. Il convient en effet de soupeser le couple disparate formé par la fabulation et l’archive car il pourra, selon le cas, incliner l’ouvrage vers la vocation documentaire ou vers une fictionnalisation débridée.
Afin d’envisager les différentes propositions de l’édition pour la jeunesse autour de la question vive de l’esclavage, l’ouvrage trace un parcours en trois étapes. La première opère un retour sur les origines de cette production et se penche, d’une part, sur la réception française des authentiques récits d’esclaves et du premier roman abolitionniste, La Case de l’Oncle Tom, d’autre part, sur le détournement d’une oeuvre littéraire, quand un écrivain en vient à l’adapter pour la jeunesse. L’étape suivante s’attache au statut des personnages d’esclaves mis en exergue dans les ouvrages du corpus, des personnages privés d’histoire, dont l’identité et les origines ont été niées et auxquels la littérature tente de redonner vie. Enfin, sont explorées, en dernière partie, les voies génériques empruntées par les auteurs pour la jeunesse : d’abord le roman, genre dominant, qui tient la balance entre fiction et histoire de manière contrastée ; puis les genres graphiques, bande dessinée et album, qui diffusent une représentation iconotextuelle de l’esclavage.
Nourri par l’histoire et agrémenté par la fiction, ce parcours d’oeuvres adressées à la jeunesse pour aborder la question de l’esclavage, se propose d’approfondir des enjeux et une poétique propres à retenir aussi bien l’attention des littéraires que celle des historiens.

Écritures de l'énergie - Modernités 42

La notion d’énergie est p...

Littératures(s) en bibliothèques
En ces temps de prolifération des productions éditoriales, il est im...
Contre Retz ; sept pamphlets du temps de la Fronde
Édition critique de C. Jones[...]...
L'épanchement du conte dans la littérature - Modernités 43
Pour étudier le phénomène que nous nommons épanchement du conte da...
Apories, paradoxes et autocontradictions. La littérature et l'impossible - Modernités 35
La littérature moderne montre souvent une propension de l’écriture...
Frontières de la fiction – Modernités 17
L’étude renouvelée de genres frontières tels que la biographie, l...
Champ littéraire fin de siècle autour de Zola – Modernités 20
Zola, et la fin du siècle, cette perspective peut étonner, tant nos ...