Email :

Ruptures, continuités – Modernités 13



Appartenant à la collection :
Modernités

En stock

Prix Qté
Broché
Format :
16,77 €
Acheter

Ruptures, continuités – Modernités 13

Double-cliquez sur l'image ci-dessus pour la voir en entier

Zoom arrière
Zoom avant

Plus de vues

  • ISBN : 2-86781-256-9
  • Nombre de pages : 192
  • Format : 15 x 22
  • Sortie Nationale : 2000
Tantôt valorisée comme trait distinctif d’une modernité hâtivement confondue avec les avant-gardes, tantôt condamnée comme illusion, la “rupture” ne peut être étudiée indépendamment des continuités qui traversent, en littérature comme ailleurs, les plus profondes coupures historiques. Premier modèle de rupture, la révolution politique n’entraîne pas instantanément un bouleversement des formes et des genres (voir l’histoire du roman sous la Révolution française), ou ne fait sentir ses effets qu’à longue échéance et parfois a contrario : toute une part du romantisme français s’explique par l’échec de la révolution de 1830. L’innovation technologique, autre modèle puissant, invite à des ruptures avant-gardistes rarement définitives, et dont les plus enthousiastes, comme Apollinaire, ne souhaitent pas nécessairement assumer les conséquences radicales. Dans l’écriture des œuvres, la volonté de saisir la continuité historique peut conduire à l’expérience d’une écriture “criblée de trous” (Là-bas de Huysmans), tandis qu’à l’inverse la rupture historique de la débâcle de 40 trouve son expression littéraire dans l’immense coulée scripturale et les torsions du récit de La route des Flandres. Dans tous les cas, chez Claude Simon comme chez Robbe-Grillet, Calvino ou Garcia Márquez, dislocation des genres et “biffures temporelles” vont de pair avec l’effondrement d’un sens global. La temporalité de la rupture peut ainsi déboucher sur une paradoxale atemporalité qui trouve un instrument d’expression privilégié dans ce que Joëlle de Sermet nomme le “présent d’écriture”. Par les différentes pistes qu’il explore, ce volume contribue au projet d’une étude des “chronotypes”, définis par Yves Vadé comme des schèmes temporels donnant forme à la saisie collective du temps historique.
To be or not to be. Shakespeare, le monologue d'Hamlet (Vol. I)
« To be, or not to be » : sans doute faut-il dépasser l’interpré...
Entredire francophone (L')
Par le néologisme volontairement polysémique de son intitulé, cet o...
Saint Augustin. Un voyage au cœur du temps - I. Une histoire revisitée
Voici une introduction à la lecture de La Cité de Dieu, essentiellem...
Rachid Boudjedra, la passion de l'intertexte
L’œuvre du romancier algérien Rachid Boudjedra suscite les réacti...
Surface et intériorité – Modernités 12
Ce volume s'est donné comme enjeu d'analyser les métaphores spatiale...
Apories, paradoxes et autocontradictions. La littérature et l'impossible - Modernités 35
La littérature moderne montre souvent une propension de l’écriture...
L'auteur entre biographie et mythographie – Modernités 18
Parce qu’il en va du sens même de l’enseignement de la littératu...
Enchantements. Mélanges offerts à Yves Vadé – Modernités 16
Que n'a-t-on écrit sur le désenchantement des générations littéra...